Quand le pollen vous monte au nez !

Le nez qui coule, les yeux qui pleurent, la gorge qui chatouille. Pas de doute : y'a des pollens dans l'air!

Aujourd’hui, une personne sur cinq est concernée par les allergies, l’allergie au pollen ou rhinite allergique est la plus fréquente et en constante augmentation. 

Suivez nos conseils pour éviter que les pollens ne gâchent votre printemps !

Avant tout prévenir

Avant tout, évitez autant que possible le contact avec la ou les substances responsables de votre rhinite allergique…pas toujours simple !

Voici quelques conseils :

  • Consultez les calendriers de pollinisation et éviter de sortir lors d’une densité pollinique élevée.
  • Tondre le gazon est la pire des choses que puisse faire un allergique, mais un gazon régulièrement coupé produit moins de pollen.
  • Ne portez pas de lentilles de contact lors des pics de pollinisation
  • Equipez votre voiture d’un filtre à pollen, roulez fenêtres fermées
  • Se lavez les cheveux en arrivant chez soi pour éliminer les pollens
  • Porter des lunettes de soleil surtout s’il y a du vent
  • Faites sécher votre linge à l’intérieur en période de pollinisation
  • La fumée de tabac et la pollution aggravent les rhinites allergiques

Allo docteur ?

Différents traitements par voie locale (yeux, nez) et orale existent selon l’intensité de votre allergie. Un traitement préventif par antihistaminique peut, vous être prescrit, il permet d’éviter ou de limiter l’apparition des symptômes. Celui-ci doit être pris dès le début de la période pendant laquelle survient habituellement votre rhume des foins.

Il existe aujourd’hui des antihistaminiques dits de seconde génération (cétérizine, lévocétérizine, …) qui contrairement aux médicaments plus anciens, n’entraînent pas de somnolence.

Suivez les recommandations de votre médecin, car sans traitement, une rhinite allergique peut se compliquer en maladie plus grave, comme de l’asthme.

Le rhume des foins que vous subissez depuis des années n’est pas une fatalité !

De nombreuses solutions existent : Parlez-en à votre médecin et demandez conseil à votre pharmacien.

Pour 15 à 25 % d’entre nous, l’arrivée du printemps est synonyme d’éternuements, de nez bouché, et de yeux qui coulent ! La première vague de pollens de bouleau arrive...

Voici 5 conseils pour vous en protéger.

1. Se laver le nez matin et soir !

Pour décrocher les allergènes qui se sont glissés dans la muqueuse nasale, des pulvérisations de sérum physiologique sont conseillées tous les jours matin et soir pour bien se nettoyer le nez. On pensera aussi à se laver les cheveux tous les soirs, ainsi les pollens ne peuvent se déposer sur l'oreiller ou le canapé et empêche le contact avec les yeux et la bouche.

2. Aérer son domicile.

De préférence le matin tôt, entre 7 heures et 9 heures, et en fin de journée, après 17 heures. En cas de pic pollinique, il est en revanche conseillé de rester chez soi et de fermer les fenêtres. Ne laissez pas sécher votre linge à l’extérieur. Si vous sortez, portez des lunettes de soleil. Les pollens des arbres s'invitent aussi dans les espaces clos comme les véhicules. Pensez donc à fermer les vitres de votre véhicule.

3. Pensez à la vitamine D

Les maladies allergiques de presque tous les types sont de plus en plus fréquentes au cours des dernières décennies. Une des raisons pour expliquer cette augmentation est le manque de vitamine D de plus en plus présent dans la population. En effet, de nombreuses études suggèrent le lien entre de faibles niveaux de vitamine D et la survenue de maladies allergiques qu'elles soient alimentaires ou respiratoires et ce aussi bien chez les enfants que chez les adultes.

4. Se soigner !

Un traitement préventif par antihistaminique peut vous être prescrit. Il permet d’éviter l’apparition des symptômes, ou en tout cas, il les diminuera de façon importante. Celui-ci doit être pris dès le début de la période pendant laquelle survient habituellement la rhinite allergique. Attention, alcool et antihistaminiques ne font pas bon ménage.

5. Se faire désensibiliser.

Environ 20 % des patients ne répondent pas complètement au traitement, la désensibilisation est alors proposée par le médecin. Elle est une méthode qui consiste à administrer un allergène à petites doses et de manière croissante, dans le but d’habituer peu à peu le patient à cette substance (induire la tolérance). Une façon de soigner le mal par le mal…qui a fait ses preuves ! Ce traitement permet généralement d’obtenir une disparition durable des symptômes et pour certains, de dire adieu aux différents traitements. La désensibilisation semble également réduire le risque de développer de nouvelles allergies, et le risque d’apparition d’asthme.

Quel taux de pollen aujourd’hui ?

RDV sur le site www.airallergy.be

Télécharger le calendrier ici.